Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

2011 personnes participent à l'appel des consciences
Chargement google map...

Nicolas Hulot France

Pourquoi je participe à l'appel des consciences

Nous devons édicter des règles qui nous obligent au partage et à la coopération.

Je vois le Sommet des Consciences comme un moment de pause et de réflexion collective en amont de la conférence sur le climat de décembre 2015. Nous traversons une crise de civilisation qui ne dit pas son nom. Si nous répondons aux défis qui sont devant nous par les seuls outils technologiques, juridiques ou économiques, nous ne ferons que déplacer le problème.

Nous avons besoin d’une interrogation spirituelle et philosophique sur les causes de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons. Les autorités morales qui seront réunies à Paris les 20 et 21 juillet prochains vont nous aider à retracer un chemin dans un monde caractérisé par une profusion de science et un déficit de conscience. Nous sommes sur le point d’écrire une nouvelle page de l’histoire humaine.

(...) La technologie nous happe, nous entraîne dans le mouvement, mais on ne sait plus vers quoi. Nous avons besoin de prendre de la hauteur, de nous extraire du bruit de fond de notre société qui ne sait plus discerner l’important du superficiel.

(...) Au Maroc, quelqu’un m’a dit : à Paris, vous allez décider de qui va mourir ou non. Les conditions d’existence de nos propres enfants sont en jeu.

À condition d’en avoir la volonté collective, nous disposons des moyens de faire faire un saut qualitatif à l’ensemble de l’humanité. Mais cela nécessite de redéfinir en profondeur un modèle économique et un processus de mondialisation basé aujourd’hui sur la compétition, la spoliation et la prédation. Nous devons édicter des règles qui nous obligent au partage et à la coopération.

La solidarité n’est plus une option. Aucun pays ne peut plus prétendre vivre en paix dans un monde connecté et globalisé tant que la pauvreté perdurera. Autrefois, on pouvait faire subir des préjudices à certains sans qu’ils en connaissent les causes. Désormais tout se sait et tout se voit. Vous ajoutez à la misère un sentiment explosif qu’est l’humiliation, qui fait le lit de tous les radicalismes.

Or, le réchauffement climatique, c’est l’injustice ultime. Il frappe d’abord des femmes, des hommes et des enfants déjà vulnérables, qui subissent les conséquences d’un développement dont ils n’ont pas bénéficié.

Envoyé spécial pour la planète

auprès du Président de la République française

 

Nicolas Hulot, né le 30 avril 1955 à Lille, est un journaliste-reporter, animateur-producteur de télévision et écrivain français. Avec la renommée de son émission télévisée Ushuaïa, il s'engage plus avant dans la protection de l'environnement et la sensibilisation du grand public sur les questions écologiques.

En 1990, il crée la Fondation Ushuaïa qui devient, en janvier 1995, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme. qui vise notamment à encourager un changement de comportement de tous les acteurs de la société (citoyens, acteurs politiques et économiques). En 2007 pour les élections présidentielles, il propose un Pacte écologique qui sera signé par la plupart des candidats et 750.000 citoyens.

Il est aujourd’hui Président de la Fondation Nicolas Hulot et depuis décembre 2012 a été nommé Envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète.

 

Mots-clés associés :