Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Les leaders religieux français ensemble pour le climat

© DR

Mercredi 1er juillet, le président de la République a reçu la Conférence des responsables de culte de France (CRCF) à l’Elysée. Ces six responsables (catholique, musulman, protestant, juif, orthodoxe et bouddhiste) ont présenté leur déclaration commune sur la crise climatique et ont observé, ensemble, un jour de jeûne.

Appelant à « agir pour la justice », « œuvrer pour la paix » et à « préparer de toute urgence un futur sûr et viable pour nos enfants, en sortant de l’ère des énergies polluantes et en revoyant nos modèles économiques de production et de consommation sans limite », la Conférence des responsables de culte de France (CRCF) a appelé le gouvernement, mercredi 1er juillet 2015, à « un sursaut des consciences vers une action climatique conséquente et à une remise en question de nos valeurs et de nos attitudes ».

A six voix alternées, sur le perron de l'Elysée, Mgr Georges Pontier, Dalil Boubakeur, le pasteur François Clavairoly, le grand rabbin Haïm Korsia, le métropolite orthodoxe Emmanuel Adamakis et le moine bouddhiste Olivier Wang-Genh, ont lu leur manifeste au président de la République.

Dans ce texte court mais fort, les responsables religieux ont demandé à François Hollande de relever le « défi spirituel et moral » que représente « la crise climatique ». « Le président de la République a été très intéressé par cette démarche qui, il faut bien le reconnaître, pour ce qui est de notre pays, est assez originale. Les différentes confessions n’avaient pas encore eu l’occasion de travailler ensemble sur un sujet particulier comme celui-ci », a dit François Clavairoly, qui assure la présidence tournante de la Conférence des Responsables de Culte en France.

Concrètement, les religieux français souhaitent, lors de la COP21, « l’adoption d’un accord contraignant applicable à tous » visant à une « réduction des émissions de gaz à effet de serre qui garde le réchauffement moyen global bien en deçà de +2 °C » et à protéger « les populations les plus vulnérables aux impacts des changements ».

À cette occasion, Nicolas Hulot, l’envoyé spécial du président de la République pour la préservation de la planète – qui participait à la rencontre à l’Élysée ainsi que Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur – a appelé les religions à mener avec lui « une bataille de l’esprit »  pour « aider à placer cette crise à une dimension supérieure ».

Symboliquement, les membres de la CRCF ont d’ailleurs jeûné ce jour-là, comme le font des dizaines de milliers de personnes engagées pour le climat à travers le monde, le 1er jour de chaque mois, depuis fin 2013.