Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Climat: le combat spirituel continue

Jean-Matthieu GAUTIER

L’accord de Paris sur le climat (Cop21) est historique dans son ambition et sa méthode. Pour la première fois, le débat a été posé au niveau des consciences individuelles et collectives. Si cette accord est une belle victoire, à laquelle le Sommet des Consciences pour le Climat est heureux d’avoir apporter sa contribution, il ne portera ses fruits que si ses orientations sont mises en œuvre à tous les niveaux et dans toutes les parties du monde. Ce ne sera pas facile. Plus que jamais la mobilisation de toutes les forces spirituelles est nécessaire pour gagner ce combat dont l’horizon n’est ni plus ni moins l’avenir de l’Humanité.

Il y a 6 mois, lors du Sommet des Consciences, les leaders religieux et spirituels ont appelé les politiques ainsi que les citoyens du monde entier à s'interroger en leur âme et conscience sur leur implication quant au réchauffement du climat. L’enjeu était d’aller chercher à la source l’émotion spirituelle qui peut inspirer les être humains à s’engager dans des combats qui, a priori, semblent hors de leur portée. L’Appel des Consciences qu’ils ont signé lors du Sommet a été envoyé à chaque chef d’État par le Président de la République française quelques jours avant l’ouverture de la Cop21 à Paris.

Ces dernières semaines à Paris, les gouvernants de plus de 190 pays se sont retrouvés pour établir un accord sur le climat. Le sujet, là, était bien les actions à mener contre les effets du réchauffement climatique et pour prévenir ceux qui arrivent. Les tractations ont été menées tambour battant, sous le regard et la pression des acteurs de la société civile qui ont poussé les Etats à un accord ambitieux.

Des pèlerins du climat ont parcouru des milliers de kilomètres pour sensibiliser les populations et recueillir leurs témoignages afin de les porter à la Conférence de Paris. Dans la capitale française, ils ont présenté aux autorités publiques plus d’1,7 million de signatures d’une pétition engageant toutes les traditions spirituelles – chrétiennes, musulmanes, juives, bouddhistes, shintoïstes… – et appelant à la justice climatique.

Ces paraphes sont le résultat de plusieurs appels. Après Laudato Si, publié par le pape Français en juin, un symposium en août à Istanbul a amené la publication de la première Déclaration musulmane sur le changement climatique. Fin octobre, des responsables bouddhistes du monde entier ont demandé d’une seule voix un accord « ambitieux et efficace »

Nombreuses ont été les associations d’inspiration spirituelle qui ont exprimé leur voix auprès des négociateurs en plein travail comme le scoutisme mondial et toutes ses branches, ou encore Our Voices (Nos Voix, réseau religieux et spirituel global pour l’action sur le climat). Des participants au Sommet des Consciences étaient aussi présents, à l’image de Vandana Shiva.

Si la mobilisation des religions et spiritualités n’est pas nouvelle, c’est leur engagement commun qui fait signe. Yeb Sano, ancien négociateur climatique pour les Philippines et pèlerin pour le climat cette année, souligne : « Les leaders mondiaux spirituels se mobilisent ensemble. Un tel élan venu de tous n'est jamais arrivé avant. »

Tous les leaders religieux, spirituels, philosophiques qui ont signé l’Appel des Consciences de la campagne Why Do I Care sont engagés depuis longtemps, avant la Cop21, pour un changement en profondeur des mentalités et des modes de vie. Et ils ne s’arrêteront pas ! Bien au contraire, ils ont puisé une énergie nouvelle de se sentir si nombreux en convergence d’engagement.

Dominique Lang, auteur d’un blog de veille sur la prise de conscience écologique chrétienne, note que la prise de conscience est largement partagée : « Jusque là, à chaque Conférence internationale sur le climat, les ONG appelaient principalement à un accord ambitieux entre les Etats. Cette année, la mobilisation de la société civile s’est certes faite autour d’une attente vis-à-vis des gouvernants, mais tout autant autour d’une prise de conscience individuelle, d’un engagement local pour agir à son niveau contre les effets du réchauffement climatique. Cela va continuer bien après que les participants à la Cop21 soient rentrés chez eux. »

 

Il reste beaucoup de chemin à faire pour que la planète soit aimée comme « notre maison commune » dont nous souhaitons prendre soin, en paix les uns avec les autres.

Les témoignages des personnalités spirituelles du monde entier sur notre site montre que cela est possible à condition de rester dans l’ouverture des consciences à la recherche du bien commun. Découvrez leurs initiatives locales, et à votre tour, faites votre part !

 

Pour en savoir plus sur la Cop21 :  

- L’Appel des Consciences, relayé par François Hollande aux délégués internationaux participant à la Cop21

- Le dossier spécial de l’hebdomadaire Pèlerin

- Le dossier spécial du quotidien La Croix

- Les pages spéciales pour les enfants, extraites des magazines jeunesse de Bayard