Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Une encyclique «pour tous les hommes de bonne volonté»

© DR

Le pape François a publié, le 18 juin 2015, une encyclique consacrée aux questions environnementales et à l’écologie intitulée Laudato si (Louez sois-tu). Un appel à tous les hommes –croyants ou non, chrétiens ou pas– à s’engager pour « la sauvegarde de la maison commune ».

Depuis plusieurs mois, le pape avait prévenu qu’il préparait un texte sur les problématiques écologiques. Le 18 juin, Laudato si n’a pas déçu : du magazine Elle à la revue Projet, nombreuses ont été les réactions dans les médias les plus divers.

Les personnalités publiques ont, elles aussi, accueilli positivement l’appel insistant du saint Père. Barack Obama a salué le message « clair et fort » du pape François : « J’admire profondément la décision du pape d’appeler à l’action sur le changement climatique de manière claire, forte, et avec toute l’autorité morale que sa position lui confère. » Dans un communiqué, Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, a rappelé les propos du pape, soulignant que « l’humanité a l’obligation de protéger notre maison commune, la planète Terre, et de se montrer solidaire avec les plus pauvres et les plus vulnérables qui souffrent le plus des effets du climat ».

 

Enfin, les chrétiens n’ont pas été les seuls touchés par les propos du pape François. Pour Edgar Morin, grande figure intellectuelle française, non croyant, l’encyclique est « peut-être l’acte 1 d’un appel pour une nouvelle civilisation ». Quant à Abdhullah Hamidaddin, dans une tribune sur le site d’information en ligne, Al-Arabiya, il fait l’éloge de l’approche « spirituelle » du chef de l’Église catholique. « Spiritualiser ces questions peut avoir un fort impact pour (leur) trouver des solutions et mettre en œuvre des réponses », écrit-il dans son texte intitulé: Pourquoi les musulmans devraient lire l’encyclique du pape.

 Sophie Lebrun