Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools

Eric de Moulins Beaufort France

Why do I care about climate

Les questions environnementales offrent à tout homme une occasion formidable de mettre en œuvre sa responsabilité personnelle à l’égard de toute l’humanité. La foi chrétienne comporte cette certitude que tout homme est portée dans son chemin vers Dieu et la vie éternelle par tous les autres, par toutes sortes de connexions visibles et plus encore invisibles, spirituelles, et que chacun porte par conséquent aussi tous les autres. Loin d’être écrasante, cette double liaison à toute l’humanité est le principe de la dignité de tout humain, si modeste soit-il socialement, et même s’il est méprisé de beaucoup.

Or, cette double liaison devient palpable en matière d’environnement : mon geste très limité (pour limiter mes déchets, réduire mon empreinte carbone, supporter la chaleur ou le froid sans chercher à les compenser par des mécanismes coûteux, réorienter ma consommation pour tenir compte des conditions de production ou de fabrication des biens…) a une ampleur cosmique, je peux aujourd’hui en être conscient. 

Plus précisément encore, il est clair aujourd’hui que le mode de vie des Occidentaux ne peut être étendu à tous les hommes. Il ne peut se développer qu’en faisant vivre d’autres populations dans des conditions difficiles et qu’en les privant d’accéder jamais à un même confort et une même sécurité. Ce mode de vie, rendu possible par la technicisation des activités, a produit des résultats appréciables. Grâce à lui, les pays occidentaux ne connaissent plus la famine ni la disette, les épidémies sont maîtrisées, et beaucoup peuvent profiter d’une vie qui comporte des loisirs et du confort. Néanmoins, tous ces bienfaits ne se valent pas. Ils méritent d’être analysés. Le système ne fonctionne qu’au prix d’une consommation sans rapport avec les besoins ; le plaisir n’est plus trouvé dans le goût de chaque chose ou de chaque moment mais dans la possibilité de changer demain ce qui plaît aujourd’hui… Une réorientation en profondeur est possible qui passe par une sobriété choisie et dont l’immense avantage sera qu’elle permettra de trouver un mode de vie ouvert à l’ensemble de l’humanité.

Enfin, trop facilement, explicitement parfois mais plus encore implicitement, l’idée s’insinue que la solution à la question environnementale serait une réduction de la population mondiale ou à tout le moins de sa croissance. Il me semble possible, tout au contraire, de s’engager dans le soin de « la maison commune » avec l’idée que chaque homme est un enrichissement de l’humanité entière et qu’il faut donc transformer notre mode de vie pour que cela puisse être vécu concrètement.

Évêque Auxiliaire

Diocèse de l'Église catholique de Paris 

Mgr. Eric de Moulins Beaufort est né en 1962. Après des études de Sciences politiques (IEP de Paris) et de sciences économiques, il entre au Séminaire de Paris. Sa formation théologique le conduit à Bruxelles (Institut d’Etudes Théologiques) et Rome (Université Grégorienne). En 2000, il obtient un doctorat en théologie à l’Institut Catholique de Toulouse. Ordonné prêtre en juin 1991, il est nommé directeur au Séminaire de Paris et enseignant à la Faculté Notre-Dame et à l’Ecole Cathédrale, tout en étant aumônier du lycée Montaigne puis du lycée Louis-le-Grand. En 2000 il devient curé de St-Paul-St-Louis (Paris IVème), puis, en 2005, secrétaire particulier de l’Archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois. En 2008, il est nommé évêque auxiliaire de Paris. Outre sa charge d’évêque auxiliaire et de vicaire général du diocèse de Paris, il est membre du conseil de direction de l'Association internationale Cardinal Henri de Lubac, du conseil de rédaction de la revue Communio, et du conseil de rédaction de la Nouvelle revue théologique. Il est l’auteur de Anthropologie et mystique selon Henri de Lubac (2003). Il est président de la Commission Doctrinale de la Conférence des Evêques de France depuis le 1er juillet 2013.